Accueil

Accès

le Club

Actualités

Baptêmes

Tarifs

Calendrier

Liens

Contacts 

Page publiée le 11 décembre 2018 et actualisée le 13 décembre 2018

 

Deux planeurs, deux équipages dans l'onde : Hervé et Bernard - Nicolas et Thomas 

L'Arcus en attente de son deuxième départ sur le terrain de Salon-Eyguières

 Thomas répond à deux questions que votre serviteur GR lui avait posé...

En fait nous avons décollé d'Eyguières et posé à St-Rémy. Ce décollage du terrain voisin était un 2nd vol, un dévachage. Le 1er vol au départ du Mazet a duré 1/2h à peine. Le temps de plafonner à 800m sur la pente après la treuillée, puis aller voir sous le vent des Alpilles à 500m en compagnie du Janus RY, pour ensuite ne pas trouver le ressaut espéré et se poser à Eyguières dans 15kt de vent NW. Steph nous a remorqué avec le Midour direction Mallemort.

 

Oui nous avons bien pris 2 fois le 2nd ressaut de Bure jusque quasi 6000m. Même si il faisait -21°C là haut, ce n'était pas si froid. Les températures atteintes en vols d'onde en plein hiver, quand l'iso 0 est sous terre, peuvent être bien plus difficiles à supporter. A ce sujet, quelques solutions pour protéger nos pieds :

  • changer de chaussettes avant de décoller pour avoir les pieds secs.
  • avoir des chaussettes en laine mérinos
  • chaussons en néoprène : l'objectif n'est pas que thermique mais aussi pour la sécurité. Il faut envisager pouvoir marcher avec ce qu'on a directement aux pieds, pas uniquement appuyer sur des palonniers. A noter que des chaussures de marche légères peuvent aussi rentrer dans des chaussettes d'expédition ci-après.
  • chaussettes d'expédition en duvet : ça peut être une idée de cadeau de Noël. Ce type de produit peut aussi se trouver sur leboncoin à moindre coût. On tient -30°C pendant plusieurs heures avec cette panoplie.

 

 

 

Personnellement, les semelles chauffantes que j'ai pu essayer ne m'ont pas convaincu (ça date de quelques années). Les principaux inconvénients sont :

  • autonomie insuffisante à cause du vieillissement prématuré des batteries
  • efficacité discutable, principalement parce que dans le cockpit l'appui du pied sur la semelle est bien plus faible qu'en position debout.   

Pour le reste du corps, c'est plus facile, appliquer le principe du multicouche en évitant le coton qui retient l'humidité. Ne pas oublier les gants fins compatibles téléphone pour bidouiller son XCSOAR ou prendre des nouvelles des biberons. Sans oublier : manger et boire.

Une solution "light et low cost" mais déjà efficace : se fabriquer des surchaussures en néoprène. Récupérer une combinaison de plongée, enfiler les jambes avec ses chaussures de vol habituelles. Couper la combinaison de manière à pouvoir faire un rabat au bout du pied chaussé et un rabat derrière la jambe au-dessus du pantalon.

Il y a tant à échanger sur la préparation des vols, la suite au prochain épisode !

Thomas Descatoire

Pour mémoire - en janvier 1954 - les combinaisons en mouton et les surbottes pour faire face au froid durant toute la nuit...GR 

 Un mot sur la gestion des espaces aériens...

Nos planeurs de lundi étaient équipés de transpondeurs. Nous avons pu transiter avec simplicité avec Salon, monter sous les liners en descente avec Provence, obtenir le FL145 hors LTA avec Marseille contrôle, traverser les zones d'Orange avec des mirages en dessous, rentrer au terrain avec Camargue. Au-delà des autorisations obtenues, il faut prendre en compte la diminution de la charge de travail pour les pilotes. En ce moment même le DG1000 est à l'atelier pour y installer son transpondeur. Pour 2019, l'objectif du club est d'équiper les planeurs allant régulièrement sur la campagne. Nous avons besoin de vos coups de main pour maintenir ces beaux planeurs.  Pour le vol en grand local ou les planeurs non équipés, nous compterons toujours sur les protocoles âprement négociés. TD

Presque 6000m mètres et un vario qui affiche 3 m/s ... Température -21°C

L'Arcus est dans le ressaut de Bure. Gap en-dessous. La haute vallée du Champsaur avec la Grande Autane devant nous avec Ancelle à son pied. Cap sur Orcières-Merlette.

A gauche la Grande Autane (2782m) et la route qui monte au col de Moissière (1571m) permettant de rejoindre le lac de Serre-Ponçon à droite. Col fermé l'hiver.

L'Arcus s'éloigne et l'on découvre le Puy de Manse avec derrière la grande plaine d'Ancelle enneigée. A gauche le Drac qui va rejoindre le point de virage Orcières pour notre équipage

 Sous le vent du St-Genis, Cap à l’ouest avec beaucoup de dérive. Serres et la vallée de Rosans sont sous beaucoup de nuages et ont pris des grains toute la journée.

Brève de comptoir...

Plus de détail ici de cette vallée du Buech qui prend sa source face ouest de Bure. On retrouve le village de St-Genis  mais aussi la fameuse "boite à mouches" ainsi dénommée par les vélivoles des années 60 dans laquelle j'ai du attendre une bonne heure à bord d'un Bijave avant la dissipation d'un voile épais qui bloquait la convection: Difficile d'oublier... Pardon à tous ! GR

Du côté de Vaison-la-Romaine avant de traverser la vallée du Rhône avec 70° de correction de dérive pour tenir un cap Ouest dans un petit ressaut.  

Enfin le sourire d'un président heureux sur le chemin du retour

Cela ressemble aux Cévennes le point de virage au nord d'Ales

Ici l'équipage en longue finale avec les Alpilles en vue survole le Gard. Sur l'horizon la Camargue et les méandres du Rhône venant s'étirés au pied de la Montagnette située à gauche. On aperçoit la cheminée d'Aramon, une des dernières centrales thermiques aujourd'hui fermée qui fournissait 1400 MW électrique, mise en service en 1977 et arrêtée en avril 2106. Soit 39 ans d'exploitation. Dans ce secteur le relais est pris par les cinq éoliènnes de Beaucaire...Le mistral à besoin de souffler - nuit et jour - sans faire une minute de pose ! Les fabricants de bougies ont l'avenir devant eux! GR

Pour clore cette suite de belles photos prises par Nicolas et Thomas que je remercie tout en espérant qu'elles seront pour certains d'entre vous une invitation à venir pratiquer le vol à voile aux Alpilles, un des rares aéroclubs en France où l'on vole toute l'année ! GR

 

 

 

A lire et relire...

Mécanismes de dégradation des batteries Plomb Acide (énergie massique de l'ordre de 35 Wh/kg) et les effets du froid : Clic

Vitesse de charge des batteries acide-plomb : Clic

les Li-ion 7 fois plus performantes à poids égal

Lithium-Lion (énergie massique de l'ordre de 260 Wh/kg) et le froid : Clic

Les fournisseurs accus LiFePO4 pour l'aviation : Clic

Chargeurs LifePo4 : Clic

Probablement qu'il faudrait - tout comme nos pieds - les protéger du froid...